• villa1
  • villa2
  • villa3
  • villa4
  • villa5

GRANDS PERSONNAGES DU QUERCY

au fil des siècles....

1er siècle avant J.-C.  Luctérius est sans aucun doute la première grande personnalité connue du Quercy.  Il est le dernier chef gaulois des Cadurques (peuple de Cahors et du Quercy) à résister à Jules César.  Après la reddition de Vercingétorix à Alésia, Luctérius et Drappes le Sénon (de Sens) se réfugient dans l'Oppidum d'Uxellodunum (forteresse élevé) où eut lieu la dernière bataille de la guerre de Gaules, en 51 avant J.-C.  César interviendra en personne et prend la ville en la privant d’eau.  Luctérius cherche refuge chez Arvenne Epasnactos qui rallié à l’empire romain, le livrera à César. Encore de nos jours, nous ne connaissons pas le sort qui fut attribué à notre illustre irréductible gaulois, César l’emmena-t-il à Rome comme Vercingétorix, ou bien sa soumission lui a-elle sauvée sa vie ? A l’heure actuelle nul ne peut prétendre le savoir. Lucterius
1244-1334  Jacques Duèze est né à Cahors.  Il est issu d une famille de la bourgeoisie aisée de Cahors, et il est sacré pape le 7 août 1316 sous le nom de Jean XXII.  Il fit ses études chez les Dominicains à Cahors puis son droit à Montpellier et la faculté de théologie à Paris.  Evêque de Fréjus en 1300, il est appelé par Charles II d’Anjou roi de Naples comme chancelier du royaume de Sicile en 1308.  Il est nommé Evèque d’Avignon le 18 mars puis Evèque de Porto en 1813 et succède à Clément V.   La  figure du Cardinal Duèze puis celle du Pape Jean XXII a été popularisée par le feuilleton télévisé « Les Rois Maudits » inspiré de la série romanesque.  Son personnage apparut dans plusieurs épisodes et a été interprété par Henri Virlojeux et par Claude Rich dans la dernière version de 2005. jean XXII
1465-1546  Galiot de Genouillac né au Château de Végennes dans le Limousin.  Militaire et diplomate français de la Renaissance, Jacque Ricard de Genouillac dit Galiot de Genouillac est issu d’une vieille famille de la noblesse quercynoise.  Il est passé à la postérité en raison du rôle décisif joué par l'artillerie dont il avait la charge en tant que Grand Maître de l'artillerie de France.  Par héritage, par mariage, par achat ou par cession en récompense de ses hauts faits,  il accumule les terres. Le château d Assier situé dans le Quercy et érigé en 1518 est sa plus belle demeure.  Il fait également construire une église à Assier qui revêt une remarquable frise sculptée cintrant les murs extérieurs.  Assez curieusement cette frise comporte des scènes guerrières à son effigie. Galiot de Genouillac
1651-1715   François de Salignac de la Mothe Fénelon né à Sainte-Modane est un théologien et écrivain. D'abord à l'université de Cahors, il poursuit ses études à Paris en philosophie.  Protégé de Bossuet, il commence à écrire pour ensuite entrer à l’Académie Française en 1693.  Louis XIV le nomme Précepteur du Duc de Bourgogne et du Duc de Berry, puis archevêque de Cambrai.  Sa prise  de position dans l'affaire du quiétisme (doctrine selon laquelle la perfection chrétienne réside dans l'absolu abandon en Dieu) le fit exiler dans son diocèse à partir de 1697.  Auteur de nombreux ouvrages, il écrit Télémarque en 1699. Louis XIV n’approuve pas ses écrits car Fénelon suggère de réformer le gouvernement français, il le prive de ses titres et pensions, son livre sera condamné par le pape Innocent XII. Francois de Salignac
1767-1815 Joachim Murat, né à Labastide Murat. Fils d'aubergiste, il étudie la théologie sans grandes convictions et s’engage dans l’armée en 1787 où il devient l’aide de camp de Bonaparte. Nommé Général pendant la campagne d'Egypte, il est promu commandant de la garde consulaire.  Il épouse Caroline Bonaparte et devient Maréchal de France en 1804.  Grand duc de Berg puis Roi de Naples en 1808, il  règne avec faste sous le nom de Joachim Napoléon.  Rappelé par Napoléon, il participe à la campagne de Russie et en 1812, l'empereur lui laisse le commandement. Après une violente dispute avec Davout, il abandonne son poste en janvier 1813 et rentre dans son royaume où il intrigue avec l'Autriche.  Le Congrès de Vienne rend Naples à l'Autriche et Murat échoue à soulever les nationalistes italiens.  Après Waterloo, il se réfugie en Corse et tente un débarquement en Calabre. Il y est capturé, condamné et fusillé sur ordre de Ferdinand IV, le 13 octobre 1815. Joachim Murat
1790-1832 Jean-Francois Champollion né à Figeac.  Dès l’âge de 5 ans, il apprend à lire seul grâce à la librairie familiale.  Il intègre le lycée de Grenoble à 11 ans pour étudier l'hébreu, l'arabe, le syrien, l'araméen. En 1804, il analyse l'étymologie hébraïque des noms de la Bible et écrit « Remarques sur la fable des Géants ».  En 1805, il apprend l'éthiopien et le copte.  Il poursuivra ses études à Paris au Collège de France et vouera un vif intérêt pour les langues orientales en approfondissant ses connaissances pour l’Egypte.  En 1822, il est le premier à déchiffrer les secrets des hiéroglyphes égyptiens grâce à l'inscription bilingue de la pierre de Rosette. De 1828 à 1830, il réalise enfin son rêve : il part en mission scientifique pour l’Égypte. De retour à Paris, il est élu à l'Académie des inscriptions et belles-lettres et obtient la chaire d'Antiquité égyptienne au Collège de France. Il y donne sa leçon inaugurale en 1831.  Epuisé par ses travaux, il meurt à Paris le 4 mars 1832 et est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris. Jean Francois Champollion
1803-1861  Pierre Bonhomme né à Gramat rue Saint-Roch. Il entre au petit séminaire de Montfaucon à 15 ans et reçoit en 1824 le diplôme de bachelier au Collège Royal de Cahors. Il est ordonné prêtre en 1827 au Grand séminaire de Cahors.  Il revient à Gramat et se révèle un prédicateur né.  Infatigable, il se soucie de l’instruction des enfants, veille sur les exclus et les opprimés. Fondateur de nombreuses institutions et écoles, en 1833 il fonde à Gramat la Congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Calvaire qui rayonnera à travers le monde : Brésil, Argentine, Côte d'Ivoire, Guinée, Conakry, Paraguay, Philippines... A partir de 1838, il fonde plusieurs maisons de la Congrégation hors Gramat pour malentendants, malades mentaux, aliénées indigentes.  Il sera béatifié par le Pape Jean-Paul II le 23 mars 2003 à Saint-Pierre de Rome. pierre bonhomme
1838-1882  Léon Gambetta né à Cahors.  Avocat et homme d'état, il fut opposant républicain à l'Empire. Après la défaite de Sedan , il proclame la République (4 septembre 1870) et il quitte Paris en ballon le 7 octobre  pour rejoindre Tours et organiser la levée de troupes. Bien qu’il soit opposé à l’élection d’une Assemblée Nationale, il est élu dans neuf départements et prend la tête de l’opposition à la majorité monarchiste et réactionnaire. Grâce à lui, la République l’emporte lors de la tentative de coup de force de 1877 et il devient un des dirigeants "opportunistes". Son cabinet est renversé par une coalition d’extrême gauche et d’extrême droite deux mois et demi après sa formation. Après son décès accidentel, Léon Gambetta devient le symbole du patriotisme républicain.. Leon Gambetta
1892-1966  Jean Lurçat né à Bruyères.  Peintre et poète à son heure.  Il est le rénovateur de la tapisserie moderne. Ses premières tapisseries sont exécutées au point sur canevas (1915-1932). C'est en 1933 que sont réalisées ses premières oeuvres sur un métier: en basse lisse, dans l'atelier d'Aubusson pour L'Orage, en haute lisse aux Gobelins pour Les Illusions d'Icare. Il crée le carton à couleurs non plus peintes mais numérotées et limitées en nombre, révolution technique qui entraîne une révolution commerciale ;le temps d'exécution réduit, le travail du lissier devient purement mécanique. Lurçat dessinait l'objet à sa taille réelle et la tapisserie était tissée selon la couleur indiquée par un numéro. En 1941, il se réfugie dans le Lot et s’associe à la Résistance et pendant le maquis, il découvre Les Tours St Laurent (Saint-Céré). Il participe à la Libération de Cahors en 1944.  Il fera l’acquisition de la forteresse de St Laurent en 1945 pour en faire son atelier. Jean Lurçat, Paris 1929 par André Kertész
1899-1978  Charles Boyer né à Figeac.  Licencié en philosophie, il entre au conservatoire et commence sa carrière par le théâtre.  Mais c’est en Europe et à Hollywood qu'il connaîtra ses plus grands succès comme jeune premier au cours des années 20 et 30.  Après son mariage avec la comédienne Pat Peterson, il s'installe définitivement en Amérique et sera naturalisé en 1942.  Avec l'arrivée du cinéma parlant, il est embauché par Hollywood pour doubler les films américains exportés en France.  Puis incarnant l’archétype du « french lover », il joue avec les plus grandes actrices de son époque :  des partenaires telles que Greta Garbo, Marlène Dietrich, Danielle Darrieux et Ingrid Bergman.  En 1948, il est fait chevalier de la Légion d'Honneur.  Son épouse Pat Paterson décède des suites d’un cancer et il se suicidera deux jours après à l’âge de 81 ans. Charles boyer
1935-2004  Françoise Sagan née Quoirez à Cajarc.  L’été 1954 est marqué par le grand succès de « Bonjour Tristesse ».  A 18 ans, son premier roman sera édité à 850 000 exemplaires.  Son second roman « Un certain sourire » paraît en 1956.  Ivre de succès et d’argent, elle sombre dans le jeu, les boîtes de nuit et se passionne de voitures de sport.  En 1957, victime d’un grave accident au volant de son Aston Martin, elle devient dépendante de médicaments, alcools et drogues.  Plusieurs cures de désintoxication suivront mais sans succès.  Françoise Sagan écrit une cinquantaine de romans : 30 millions de livres vendus en France, certains traduits en 15 langues. Ses thèmes favoris : la vie facile, les voitures rapides, les villas bourgeoises, le soleil, un mélange de cynisme, de sensualité, d'indifférence et d'oisiveté. À la fin de sa vie, elle est ruinée suite à sa condamnation en justice dans le cadre de l'Affaire Elf. Francoise Sagan
1947   Christian Signol né aux Quatre Routes.   Au cœur des causses de Martel et de Gramat, il vit une enfance heureuse au milieu de paysages quercynois imprégnés de quiétude et de lumière.   Après des études universitaires de lettres et de droit, il est recruté comme fonctionnaire administratif à Brive-la-Gaillarde et ce n’est pas avant 1984 qu’il débutera sa carrière d’écrivain.  « Les Cailloux bleus »  remporte un vif succès.  En 1990, il publie la trilogie romanesque « La Rivière Espérance ». Celle-ci est adaptée au petit écran et réalisée par Josée Dayan (neuf épisodes dans plus de vingt pays).  Une œuvre baignée par le parfum de la terre.  Le succès est immense et incontestable, il encourage d'autres adaptations : La Clé des Champs (1998), L’enfant des Terres blondes (1999).  Christian Signol est, avec Claude Michelet (né à Brive), l'écrivain le plus populaire de l'Ecole de Brive. Christian Signol

 

 

Aux Volets Blancs - 34 Avenue Louis Mazet - 46500 GRAMAT - tel. +33(5) 65 33 70 96 - Port. +33(6) 60 32 83 19  logo wifi