• villa1
  • villa2
  • villa3
  • villa4
  • villa5

L’ART ET SES MONUMENTS

L’ART GALLO-ROMAIN

1 Puyd Issolud

Des édifices qu’élevèrent Gaulois et Romains, bien peu ont résisté à l’épreuve du temps.  Le souvenir de l’époque gauloise survit dans plusieurs sites du Quercy qui se disputent l’honneur d’avoir été le théâtre de la bataille d’Uxellodunum, dernier sursaut de la résistance des Gaules devant la conquête de César.  Il s’agit de Capdenac-le-vieux, de Murcens dans la vallée du Vers, de l’Impérial au Nord de Luzech et enfin du puy d’Issolud. 

2 Imperial LuzechDes édifices qu’élevèrent Gaulois et Romains, bien peu ont résisté à l’épreuve du temps.  Le souvenir de l’époque gauloise survit dans plusieurs sites du Quercy qui se disputent l’honneur d’avoir été le théâtre de la bataille d’Uxellodunum, dernier sursaut de la résistance des Gaules devant la conquête de César.  Il s’agit de Capdenac-le-vieux, de Murcens dans la vallée du Vers, de l’Impérial au Nord de Luzech et enfin du puy d’Issolud. 

 

Pendant l’occupation romaine, la capitale des Cadurques, Divona (Cahors), était une cité opulente où s’élevaient de nombreux édifices publics. Les gallo-romains furent de grands urbanistes comme le montre le choix du site pour la fondation de la ville, fruit d'une recherche élaborée par des hommes de l'art tels qu'urbanistes, géomètres, hydrauliciens.... qui tinrent compte de critères, géomorphologiques, économiques et religieux.

L’Aqueduc Gallo-romain, qui alimentait en eau la ville de Cahors du Ier au Ve siècle, trouve sa source dans la vallée du Vers et serpente, en conduites souterraines ou à flanc de falaise, en surplomb des vallées sur une trentaine de kilomètres.

A Cahors, on reconnaît dans le plan quadrillé du quartier ancien, l’influence gallo-romaine.  L’arc de Diane, dernier vestige des thermes, est le seul élément architectural encore visible.  Le musée de Cahors conserve aussi un sarcophage du IIIe siècle et un liteau sculpté. Lors d'excavations pour la construction d'un parking souterrain en plein centre de la ville actuelle, ont été découverts de nombreux vestiges: des villas somptueuses ornées de mosaïques, des temples, une basilique, un vaste amphithéâtre ( 300 m de long ) et même un théâtre susceptible d'accueillir plusieurs milliers de spectateurs

3 Arc de diane

Les périodes de paix, riches en constructions nouvelles sont caractérisées par le Pax romana et le XIIe siècle mais aussi par celle qui s’étend de la fin du XIVe au XVIe siècle.  En revanche, du Ve au XIe siècle le peuple est ruiné, des époques troubles se succèdent par la guerre de Cent Ans et les guerres de Religion.  Cette période ne connaîtra que très peu de développement culturel ou architectural

L’ART ROMAN – du Xe à la moitié du XIIe siècle

Le premier âge roman se développe en Italie, dans la région deCôme, et en Espagne, en Catalogne entre 950 et 1060-1070. Les allées et venues des « maestri comacini » (corporation itinérante de bâtisseurs, constructeurs, maçons, sculpteurs et artistes) partis de Côme, de Milan, de Pavie, vont durer deux siècles ; leur champ d'action s'étend à toute l'Europe depuis l'Espagne jusqu'à la Saxe et à la Scandinavie.

Le deuxième âge roman se développe plus généralement en France de 1060-1070 à 1130 et se transmet principalement autour des chemins de pèlerinage de St-Jacques-de-Compostelle Il ne se développe pas au même moment dans les différentes régions françaises et son apogée sera atteint vers 1130 en Languedoc (Abbaye Saint-Pierre de Moissac).

4 Cloitre de Moissac

L'art roman regroupe aussi bien l'architecture romane que la sculpture ou statuaire romane de la même époque. L'expression recouvre une diversité d'écoles régionales aux caractéristiques différenciées.

Après les troubles du Haut Moyen Âge, l’an mille marque le début d’un renouveau dans l’art de la construction.  En même temps que s’affermit le pouvoir royal, un vaste élan de foi se développe en France:  on remplace les édifices carolingiens par des églises de plus vastes dimensions construites selon des techniques plus hardies.

5 Vierge noire de RocamadourÀ l’époque romane, le renouveau des sacrements et le culte des reliques provoquent un essor de l’orfèvrerie religieuse,  à partir du XIe siècle elle prend place sur la façade des églises, à la manière des antiques arcs-de-triomphes. La sculpture devient « monumentale ». Elle a une vertu pédagogique, celle d'enseigner la vie des apôtres et des saints, d'illustrer des passages de l'Ancien Testament.

Dans la statuaire, on observe par exemple dans les vierges romanes du Quercy une grande austérité, une impassibilité des traits du visage ; la Vierge se tient assise, très droite et raide, avec, sur les genoux, son Fils qui présente une posture identique à la sienne. 

 

 

Les tympans romans du XIIè siècle, à l'entrée des églises, représentent souvent des scènes de Jugement Dernier ou d'Apocalypse. Beaucoup ont été endommagés pendant les guerres de religion ou la Révolution française. Certains portent encore des traces de polychromie (Conques).

6 Tympan de Conques

 

Autre détail d’importance : l’artiste commence à signer ses oeuvres ; c’est dire qu’il n’est plus exclusivement au service de l’Eglise mais qu’il commence à pouvoir revendiquer ses propres aspirations esthétiques.  Les principaux sculpteurs français connus de l'époque romane sont Maître de Cabestany, Bernard Gilduin et Gislebert

L’ART GOTHIQUE – de la deuxième moitié du XIIe siècle à la moitié du XVIe siècle

Le mot « gothique » fut utilisé pour nommer cette architecture à posteriori, dans une acception péjorative. L'art gothique était l'art des Goths, autrement dit des « barbares » qui auraient oublié les techniques et les canons romains. Un certain nombre d'historiens de l'art réfutent aujourd'hui ce jugement et montrent que l'architecture gothique n'est pas en rupture avec l'architecture romane.

Son identité très forte est autant philosophique qu'architecturale. Elle représente probablement de ces deux points de vue, l'un des plus grands achèvements artistiques du Moyen Âge.

RudelleMonastères – L’architecture monastique est représentée par des ensembles qui n’ont pas toujours résisté aux épreuves du temps.  Cahors a conservé son cloître de style flamboyant.

Eglises fortifiées -  Pendant les XIIIe et XIVe siècles, tandis que les églises gothiques s’élèvent dans d’autres régions de France, les Quercynois vivant dans l’insécurité permanente, fortifient leurs églises romanes. 

Sculpture et peinture  -  De la deuxième moitié du XIIIe au XVe siècle furent exécutés  quelques oeuvres remarquables comme la Mise au tombeau de Carennac (XVIe siècle) et le tombeau des Cardaillac à Espagnac-Ste-Eulalie.

Les fresques sont exécutées à l’eau sur couche de mortier frais et décorent de nombreuses chapelles et églises.  La coupole occidentale de la Cathédrale de Cahors est entièrement couverte de fresques du XIVe siècle.  A Rocamadour, les chapelles ont reçu une décoration à l’intérieur et sur les façades extérieures. 

Avec le développement ornemental de l'architecture gothique, les ouvertures devinrent de plus en plus grandes, améliorant l'éclairage des intérieurs. L'architecture gothique innova en introduisant un cloisonnement des fenêtres par des piliers verticaux et des motifs de pierre. La complexité de ces ouvertures atteignit son apogée dans les immenses baies du style flamboyant européen.

ARCHITECTURE CIVILE ET MILITAIRE

7 BretenouxDe nombreux châteaux du Quercy ont été élevés pendant l’époque gothique.  Elle coïncide avec l’augmentation de l’insécurité et la montée de petits potentats locaux, ce qui explique les éléments architecturaux caractérisés par des systèmes de défense. 

L’impressionnante citadelle de Castelnau-Bretenoux est le siège d’une puissante baronnie.  Bâtie sur une colline, au donjon puissamment fortifiée, elle représente un très bel exemple de construction féodale. 

 

 

Situé à flanc de falaise, le château-fort des Gontaut-Biron à Cabrerets est caractérisé par ses épaisses murailles, sans fossé ni remparts.

Le château de Bonaguil, situé aux confins du Quercy et de l’Agenais, présente un cas particulier:  bien que construit à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, il montre toutes les caractéristiques des forteresses médiévales.  Et pourtant, les tendances de l’époque s’orientent sur l’ouverture des murs trop épais, de faire pénétrer la lumière dans des édifices lugubres et froids.

8 Pont de ValentreDans les villes, un élan de construction important suit la fin de la guerre de Cent Ans.  La paix stimule l’activité, les affaires reprennent de plus belle, et les riches artisans et commerçants de la ville dépensent pour s’installer dans de riches demeures joliment décorées.

A Cahors, Figeac, Gourdon, Martel… les façades des maisons s’ornent de grands arcs d’ogive au rez-de-chaussée où s’ouvre l’échoppe, de fenêtres en tiers-point (simple, doubles ou triples) ou à rosaces, de tourelles et d’échauguettes.  Les familles de marchands, de magistrats, de dignitaires et autres édiles ornent leur façade d’écussons frappés de leurs armes ou de leur nom.  Parmi les édifices les plus remarquables de cette époque, à noter l’hôtel de la Raymondie à Martel, l’hôtel de la Monnaie à Figeac et le célèbre pont de Valentré de Cahors.

 

 

L’ART DE LA RENAISSANCE

Au début du XVIe siècle, les arts subissent une forte influence italienne.  La découverte des trésors artistiques de la péninsule éveille chez le roi François 1er et les nobles de sa suite le désir d’introduire chez eux, en utilisant les services d’artistes italiens, ces procédés nouveaux.

Les moyens financiers croissent fortement après la guerre de cent Ans:  meilleur rapport de la terre avec le développement du métayage, libération du négoce, exploitation du minerai de fer, récompenses et offices rémunérateurs attribués par le roi aux guerriers émérites.  Le très faible coût de la main-d’oeuvre et la répartition  de la dépense sur plusieurs générations rendent l’entreprise supportable.

Sculpture – En Quercy, les remarquables frises ornées d’attributs guerriers qui décorent le pourtour de l’église d’Assier et la façade intérieure du château comptent parmi les réalisations les plus originales de la Renaissance. (ci-dessous à gauche)

Le Château de Montal de style première renaissance est également remarquable par sa cour d’honneur richement sculptée.(ci-dessous à droite)

9 Chateau d Assier 10 Montal

Aux Volets Blancs - 34 Avenue Louis Mazet - 46500 GRAMAT - tel. +33(5) 65 33 70 96 - Port. +33(6) 60 32 83 19  logo wifi